Gilles Amzallag, sophrologie à Paris 11
Gilles Amzallag
Sophrologue à Paris 11

La sophrologie, un outil pour mieux vivre le confinement

Dans le contexte anxiogène de pandémie et de confinement que nous vivons, la sophrologie peut être un bon moyen pour traverser avec une certaine sérénité cette période trouble.

La sophrologie s’appuie en effet sur un ensemble de techniques qui vont permettre

de reprendre le contrôle de ses émotions.

 

LA RESPIRATION CONTROLEE

La respiration contrôlée, précisément, est une des techniques de base de la sophrologie. Basiquement, cela consiste à porter attention à sa respiration.

Il existe bien sûr plusieurs formes de respiration contrôlée, en fonction du rythme (inspiration/expiration/temps d’apnée) et des voies respiratoires utilisées (nasales ou buccales), mais le simple fait de porter attention à sa respiration, et de la contrôler, va permettre une meilleure oxygénation du corps, va permettre de favoriser sa concentration, et donc, de retrouver le contrôle de ses émotions.

 

LA RELAXATION MUSCULAIRE

Par ailleurs, une autre des techniques de base de la sophrologie est de nature à diminuer les tensions, en particulier dans cette période chargée : il s’agit de la relaxation musculaire. Cette technique consiste simplement à contracter puis à relâcher volontairement l’ensemble des chaînes musculaires. Ce relâchement va permettre de prendre conscience de ses tensions et de les diminuer.

Or, on sait aujourd’hui qu’il existe une interdépendance entre le degré de tension musculaire et le degré de tension psychique. Activer volontairement le relâchement musculaire va ainsi permettre de générer également un relâchement mental.

 

LA VISUALISATION POSITIVE

Enfin, dans ce contexte d’incertitude lié à la fin espérée de la pandémie et à la fin du confinement que nous vivons, et où l’horizon peut sembler plus incertain qu’à l’accoutumée, la sophrologie se base sur une autre technique appelée suggestion mentale, ou encore visualisation positive. Cela consiste à se représenter mentalement, des images, des souvenirs ou des situations futures positives, afin de générer des ressentis agréables.

Selon son intensité, la visualisation de situations positives peut déclencher des effets physiologiques identiques à ceux générés par des situations réellement vécues.

S’autoriser par exemple à penser une issue favorable à la crise que nous vivons, pour soi ou pour ses proches, va ancrer en nous une confiance bénéfique et salvatrice.

Tout simplement, dans l’espace de confinement dans lequel nous sommes, la pensée vers un horizon dégagé, va engendrer des ressentis agréables et bénéfiques.

De la même manière, s’appuyer sur nos forces, sur nos acquis, sera de nature à nous aider à mieux traverser cette période difficile.

Et la sophrologie a précisément vocation à ancrer en nous des ressources sur lesquelles nous appuyer.

 

Ces techniques sont simples, mais, bien utilisées, ses effets sont puissants.

 

DES ENJEUX TOUJOURS PERSONNELS

Évidemment, ces techniques ici présentées, prennent toute leur dimension dans le cadre d’un accompagnement sophrologique, où la parole exprimée par le patient a également une valeur thérapeutique. Le fait d’exprimer ce qui constitue ses enjeux personnels, présents ou à venir, est déjà de nature à apporter un certain soulagement.

Surtout, fort de ce qui a été exprimé, le sophrologue pourra alors adapter les séances, les techniques citées plus haut à chacun de ses patients.

 

La période est trouble, mais des outils existent pour mieux la traverser. La sophrologie est un de ces outils.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.